Devenir_vampire

Devenir_vampire_Titre

À force de m’extasier devant la beauté pâle de Dimitri, Shana, Adélaïde et les autres - dont bientôt notre amie Debonath qui fera une superbe créature des limbes…
(écriture soudain interrompue par un grand éclat de rire malicieux)

Euh… j’en étais où ? Ah oui, je reprends… Bref, à force de m’extasier sur leur beauté pâle, j’ai eu, moi aussi, envie de faire connaissance avec ces créatures de la nuit tellement captivantes, que j’ai dédaignées pour je ne sais quelle obscure raison depuis leur arrivée dans l’univers des Sims.
J’ai donc quitté mon minuscule appartement du 18ème étage pour arpenter les rues de Bridgeport à la recherche de celui qui deviendra mon passeport pour le monde des ténèbres, j’ai nommé Vladimir Schlick. Pourquoi lui, me demanderez-vous… Honnêtement je n’en sais rien, peut-être parce qu’avec toutes les histoires de vampires que j’ai lues ou vues, je fantasme plus sur le baiser torride d’un amant vampire que sur l’innocente morsure d’une amie. À moins que ce soit simplement parce qu’il est le premier vampire que j’ai croisé en ville…
Quoi qu’il en soit, après des jours et des jours à le traquer - je m’entraîne pour plus tard, quand mes canines auront poussé et que je serai assoiffée de sang - j’ai laborieusement réussi à nouer une amitié avec lui et à me glisser dans son lit par la même occasion.
Et un soir…

1 

- S’il te plaît Vlad, transforme-moi en vampire, l’ai-je imploré. Je veux être comme toi, une créature de la nuit ! Regarde, j’ai même mis une tenue qui dénude mes bras et mon cou pour que tu puisses me mordre plus facilement ! S’te plaît, s’te plaît, s’te plaît !

 2

- C’est vraiment ce que tu désires, ma petite ? m’a-t-il demandé d’une voix sépulcrale.
Encore un peu et je me serais crue dans un épisode d’Anita Blake la tueuse de vampire, en face du ténébreux et séduisant Jean-Claude, le maître vampire de la ville de Saint-Louis ! Dommage que Vlad ne soit pas aussi sexy, mais bon, on fait avec ce qu’on trouve…
Réponse extatique de Sylvania :
- Oui, oui, ouiiiiiiiiii !

3 

- Attention, ça risque de… piquer un peu, m’a-t-il prévenue avant de se pencher sur moi.
Un frisson m’a saisie, mélange d’appréhension et d’excitation.

4

J’ai senti son souffle dans mon cou, ses lèvres qui se sont posées sur ma peau, son baiser qui s’est transformé en morsure…
Mmm, intéressante sensation !

5

Il s’est ensuite passé un truc bizarre, je me suis sentie enveloppée dans une brume rouge sang, le bruissement d’une nuée de chauves-souris emplissant mes oreilles.
Je ne sais pas si j’ai perdu connaissance ou si c’est mon imagination qui s’est mise à délirer, mais quand j’ai repris mes esprits, Vlad m’a conseillé de rentrer chez moi pour me reposer, avant de me donner rendez-vous chez lui, à la même heure, trois jours plus tard.

J’ai suivi ses conseils et j’ai dormi presque douze heures d’affilée, sans doute épuisée par les émotions - à moins que ce soit par la transformation dans mon corps.
Honnêtement, j’ai été un peu déçue quand je me suis regardée dans la glace. À part deux minuscules trous dans ma gorge, qui ressemblaient plus à une piqûre d’araignée qu’autre chose, je n’ai pas vu de différence. Ça grattait bien de temps à autre, mais à part ça…
J’ai donc continué ma vie comme tous les jours, me concentrant sur mon dernier roman en cours, faisant quelques balades dans les parcs de la ville et profitant du coucher de soleil, juste au cas où ce serait vraiment le dernier.
Trois jours plus tard, je suis retournée chez Vlad comme il me l’avait demandé.

6

On était tranquillement dans sa chambre, à discuter littérature - faut pas croire, les vampires ne sont pas tous des meurtriers en puissance comme dans les films d’horreur, certains sont des créatures extrêmement cultivées et civilisées, ce que j’espère d’ailleurs devenir…
Bref, cette soirée ressemblait à toutes les autres quand la sensation bizarre de l’autre soir a refait son apparition, avec le brouillard rouge qui a soudain jailli du sol. Ma tête s’est mise à tourner, j’avais chaud, tellement chaud !

7

La chaleur a progressivement envahi tout mon corps, devenant une brûlure insupportable comme si mon sang se mettait subitement à bouillir dans mes veines, mais pas de manière agréable comme sous l’emprise du désir. Ça s’apparentait plus à une descente dans les Enfers, genre torture d’un autre âge.

8

La nuée de chauves-souris a fait son retour, je la sentais voleter autour de moi. J’avais l’impression que mes yeux lançaient des éclairs de feu, je ne voyais plus rien, aveuglée par la lumière rouge…

9

Impossible de savoir si Vlad était à mes côté, s’il guidait ma transformation.
Le brouillard rouge s’est mis à tourbillonner autour de moi, j’ai senti que je m’élevais dans les airs. J’étais comme déchirée de l’intérieur, brûlée vive, incapable du moindre mouvement. J’ai cru que j’allais mourir, vraiment…

10

Et soudain tout s’est apaisé.
Les chauves-souris ont mystérieusement disparu, je ne les entendais plus, je ne les sentais plus. Les yeux toujours clos, j’ai pourtant vu le brouillard rouge s’évaporer. Le feu dans mon corps a diminué d’intensité, j’avais l’impression de flotter béatement dans les airs, telle un ange en devenir et non comme une créature damnée.
Mes pieds ont fini par se reposer sur le sol, j’ai retrouvé l’usage de mes membres, senti à nouveau l’air pénétrer dans mes poumons, le sang pulser dans mes veines.
Et j’ai rouvert les yeux…

 11

Rien n’avait changé et pourtant tout était différent.
Mes sens s’étaient affinés, je discernais mille senteurs dans l’air, j’entendais le crissement des ailes d’un papillon de nuit sur les rives du fleuve, les couleurs me semblaient plus lumineuses, comme si le voile qui les recouvrait auparavant avait mystérieusement disparu.
Les sensations dans mon corps, les émotions que je ressentais, tout était amplifié, jusqu’à la soif dans ma gorge qui me brûlait. Moi la végétarienne, je me languissais du goût du sang…

M’enjoignant de rester prudente dans les premiers temps afin d’appréhender progressivement ma toute nouvelle condition de vampire, Vlad m’a fourni de quoi apaiser cette soif inconnue, un jus de plasma tout droit sorti de son réfrigérateur, avant de me déclarer de but en blanc que nous deux, c’était fini.
Bilan de cette soirée, j’étais un banal écrivain en devenir dotée d’un amant vampire et me voilà à présent une superbe créature de la nuit sans aucune attache sentimentale, le rêve !

12

Je suis rentrée chez moi en courant, m’enivrant de cette nouvelle impression de liberté, savourant la caresse du vent sur mon visage, me sentant plus en vie que jamais…
L’éternité m’attend, avec qui vais-je choisir de la passer ?

13